Photographies à la gomme bichromatée

Au bout d'une petite cour pavée, quelques fraisiers en fleurs… Au coin d’une rue de Toulouse, une porte ouverte. Derrière, un peintre. Non… à bien y regarder, sur le tissu et à l'aide de pigments, une photo se révèle.

 

Retour aux bases de la photographie. Années 50...1850. Le mouvement pictorialiste se développe avec l'invention d'Alphonse Poitevin et connait son heure de gloire à la fin du XIXème siècle. Il traverse le temps et permet de retrouver aujourd’hui une esthétique simple et épurée, un retour aux essentielles. Une toile de coton pour support et la gomme bichromatée se fixe et s’éclaire, irréversiblement.

 

Un petit atelier toulousain dévoile les secrets de ce procédé photographique dit « ancien ». Les photos sont exposées à la lumière, "dépouillées", développées à l'eau de la Garonne…

Ayant travaillé plusieurs années dans l’atelier-galerie d’Alberto Lagos situé à Valparaiso au Chili, Olivier Carot décide de suivre les traces de cette gomme bichromatée et de la redécouvrir dans sa région natale. Son atelier a ouvert ses portes et offre par-delà l’Atlantique et la Cordillère des Andes des photographies sur toile aux parures occitanes.

Atelier de photographies artisanales à la gomme bichromatée Photographie Gomme bichromatée Procédé ancien Photographie Toulouse Procédé ancien Toulouse Photo Cadeaux